2020, année miroir

Hello hello,

Me revoilà. Après un an sans avoir écrit une ligne ici. Je l’avais prévu : l’année scolaire 2019-2020 promettait d’être dense et fatigante… Je crois que je n’avais pas mesuré – comment aurais-je pu – à quel point cette année allait être différente des autres.

Cette année a un goût particulier pour moi, partagé entre l’abouti et l’inabouti. 2020 est l’année où je clos un cycle de 7 années de vie d’étudiante. 7 ans épuisants et fascinants où j’ai énormément appris, changé et où j’ai rencontré certaines des personnes les plus importantes aujourd’hui dans ma vie. 7 ans qui m’ont fait grandir et qui m’ont permis de définir qui je voulais être et quelle vie je voulais mener. Je me souviens qu’en 2016, j’avais eu un entretien de conseils professionnels avec mon ancien professeur de droit constitutionnel. J’hésitais entre postuler à l’Assemblée nationale ou au Sénat. Il m’avait répondu : « Tout dépend de votre projet de vie. Si vous voulez une vie trépidante, pleine d’agitation et des sursauts de la vie politique sans aller forcément toujours au fond des sujets, allez à l’Assemblée. Si vous voulez une vie plus paisible mais prendre le temps de maîtriser à fond vos sujets, allez au Sénat« . J’en étais ressortie en me disant que je ne savais absolument pas ce que je voulais.

Aujourd’hui je sais. Je sais que je n’ai pas forcément fait le choix d’une rémunération attractive à la hauteur de mon parcours académique. Je m’en moque. Je m’en moque parce que j’ai fait le choix du sens que je trouve dans mon travail et des valeurs que j’y défends. Le choix aussi d’avoir une vie en dehors de ma vie professionnelle. 2020 est donc l’année où je me serai trouvée professionnellement. Et elle a apporté avec elle des rencontres professionnelles inestimables qui me marqueront longtemps.

2020 est aussi l’année où je commence à me trouver personnellement. J’apprends à m’accepter. C’est bête, mais après 10 ans à tirer sur mes cheveux avec des plaques brûlantes, j’ai décidé d’arrêter de les lisser. Parce que la vraie moi a les cheveux fous et que non, avoir les cheveux bouclés, ce n’est pas ne pas être professionnelle. J’arrête la pilule aussi, parce que je ne veux plus être sous assistance hormonale et que je veux retrouver mon vrai corps, avec son vrai fonctionnement.

Depuis un an, je aussi prends le temps de déconstruire mes acquis et mes certitudes, de mes cours d’économie orthodoxe à mon féminisme en passant par mes idées politiques. Il faut dire que l’année aura eu l’avantage d’être propice au recentrement sur soi et à la réflexion. Je me sens plus en phase avec mes idées, mais aussi plus en colère. En colère bien sûr à cause des informations quotidiennes, parfois – il faut le reconnaître – bien déprimantes. En colère aussi parce qu’être engagée peut être épuisant, face aux critiques et à l’incompréhension de l’entourage plus ou moins proche. Être militant peut faire se sentir parfois très seul et incompris. Je suis aussi souvent frustrée de me heurter à des discours à l’emporte-pièce sans savoir quoi répondre, alors que je suis objectivement plus renseignée et plus compétente sur le sujet. J’apprends à répondre, à ne pas avoir honte de contredire : je suis en colère et je suis fière d’être en colère.

Mais 2020 est aussi et surtout l’année de la pandémie du Covid-19 et du confinement. À de très nombreuses reprises, j’ai regretté de ne pas avoir le temps de pouvoir écrire ici. Il y a beaucoup de sujets sur lesquels j’aurais aimé m’exprimer, notamment le lien entre cette crise sanitaire et la crise écologique. Je me contenterai donc de remettre ci-dessous le texte que j’avais publié sur Instagram pour mettre des mots sur mes maux au début du confinement.

2020 marque une nouvelle page, elle matérialise avec beaucoup de violence l’incertitude sourde que nous étions déjà nombreux à redouter face à l’urgence climatique.

2020 est donc pour moi à l’image de son nombre miroir : paradoxale. Je suis ravie de retrouver du temps pour discuter ici et continuer à partager avec vous mes changements du quotidien. Prochaine étape : le changement de banque. J’y consacrerai une série d’articles : pourquoi ce choix, quelles sont les alternatives, comment procéder au changement ?

N’hésitez pas à me signaler s’il y a un thème que vous souhaiteriez que j’aborde.

Prenez soin de vous,
Joséphine

2 réflexions sur “2020, année miroir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s