Je change de banque : quelles alternatives ?

Hello hello,

On reprend le fil où on l’avait laissé avant les festivités de fin d’année (3 mois après il serait temps) pour parler à nouveau du changement de banque. Comme je l’avais expliqué dans mon premier article à ce sujet : j’ai décidé de changer de banque en 2021 afin de permettre à mon épargne d’être injectée dans des projets éco-responsables ou à impact social.

Une fois que l’on a pris conscience de l’impact du secteur bancaire sur l’environnement, se pose la question des alternatives : et maintenant, on fait quoi ?

Dans cet article je fais un point rapide sur les possibilités qui s’offrent aujourd’hui à nous en matière de banque éthique et je vous en dis plus sur le choix que j’ai finalement fait et la démarche à suivre pour changer de banque.

1. Les alternatives bancaires éthiques en France

En France, faire le choix d’une banque éthique n’est pas chose aisée. Il n’y a en fait que deux options principales : le Crédit Coopératif et la NEF. À cela s’ajoutent plusieurs banques en ligne.

a. Le Crédit Coopératif

Cette banque fait aujourd’hui partie du groupe BPCE mais est indépendante dans ses choix de financements. Éthique jusque dans sa gouvernance, c’est une coopérative où 1 personne = 1 voix dans la prise de décision. Les membres du conseil d’administration sont ainsi élus par les sociétaires.

Le Crédit Coopératif revendique le fait de ne réaliser que des placements « ISR » (investissements socialement responsables). Ainsi, sont exclues les entreprises dont le siège social est situé dans des paradis fiscaux ainsi que celles exerçant leur activité dans certains secteurs comme les jeux d’argent, le tabac, les armements controversés, le nucléaire, les pesticides de synthèse… ou celles qui sont visées par des controverses en raison de leurs atteintes aux droits de l’Homme, à la pollution ou encore de leurs agissements pour corruption.

Outre le compte courant, cette banque propose une large gamme de produits d’épargne solidaires. Il est par exemple par exemple possible d’ouvrir un livret finançant les acteurs de l’ESS (économie sociale et solidaire) de la région de son choix ou un livret finançant des prêts pour les particuliers souhaitant réduire leur consommation d’énergie (isolation thermique, géothermie, panneaux photovoltaïques, éoliennes individuelles)… Même pour le compte courant, vous pouvez choisir vers quel secteur flécher 50 % de vos fonds entre la planète, une société plus juste ou entreprendre autrement, ou même les 3 en même temps. Pour chaque retrait, un don est réalisé à une association partenaire, comme Surfrider ou Terre Humanisme.

En résumé, je vous invite à regarder cette infographie très ludique qui résume bien les services proposés par le Crédit Coopératif.

Le Crédit Coopératif ne détient pas encore d’agences partout sur le territoire français, mais la gestion de son dossier à distance (par téléphone ou ordinateur) est très fluide.

Petites ombres au tableau :
– L’appartenance de la banque au groupe BPCE
– La détention de la filiale Ecofi qui investit dans des sociétés cotées en bourse, dont Total (avec pour mission affichée néanmoins de pousser de l’intérieur les groupes à se transformer)

b. La NEF (Nouvelle économie fraternelle)

Cette banque est certainement le choix le plus éthique qu’il est possible de faire en France : la NEF ne finance que des projets à plus-value sociale, culturelle et/ou environnementale et est totalement transparente dans ses investissements. D’après les Amis de la Terre (rapport « L’empreinte carbone des banques françaises », 2010), la NEF est la banque française qui émet le moins de gaz à effet de serre par euro investi. Chaque année, la NEF publie aussi la liste de l’ensemble des prêts qu’elle a octroyés, que vous pouvez par exemple retrouver sur cette carte.

Il est possible de flécher les secteurs financés par son épargne, en choisissant entre le secteur écologique, social ou culturel. Il est aussi possible de laisser le choix à l’établissement. Il est même possible de soutenir des porteurs de projets responsables en demandant à baisser les taux de rémunération de son épargne. En contrepartie, des taux plus faibles seront proposés pour les porteurs de projets demandant un emprunt.

La NEF est adossée au Crédit Coopératif et n’est pour le moment pas une banque de plein exercice : on peut y placer son argent pour l’épargne, mais il n’est pas possible d’y ouvrir un compte courant.

c. Les néobanques en ligne

Si les deux options ci-dessus ne vous conviennent pas, de plus en plus de néobanques en ligne revendiquent un positionnement éco-responsable. Attention néanmoins au greenwashing !

La majorité des néobanques éthiques aujourd’hui disponible ne sont pas françaises : Tomorrow (Allemagne), Doconomy (Suède), NewB et Elyps (Belgique)…

En France, 3 options (à ma connaissance) sont à notre disposition, dont deux dans les mois à venir :

Helios : lancée le 23 février 2021 et adossée à la fintech berlinoise SolarisBank, cette banque propose à la fois un compte courant et un compte épargne ainsi qu’une carte bancaire en bois ! Sur son site internet, la banque annonce un financement d’entreprises de l’économie solidaire uniquement et une transparence totale dans l’utilisation des fonds. Ils se refusent ainsi à financier les « secteurs qui menacent notre environnement, la biodiversité ou les Hommes, comme le charbon, l’extraction pétrolière mais également les armemements, l’élevage intensif, ou encore les pesticides chimiques. » Avec son tableau de bord à impact, il est aussi possible de suivre où v son argent. Vous pouvez dès maintenant ouvrir un compte en ligne.

Green-Got : ici l’argent déposé servira notamment à acheter des obligations vertes émises par l’État français, notamment pour financer la rénovation énergétique des bâtiments, la conversion vers l’agriculture biologique, la transition énergétique… Il sera même possible de choisir parmi ces secteurs, lequel nous souhaitons financer avec notre épargne. Green-Got s’engage à ne jamais financer les énergies fossiles. Comme pour Helios, seront proposés à la fois un compte courant et un compte épargne, ainsi qu’une carte bancaire en plastique recyclé cette fois. Green-Gots cherche actuellement un établissement bancaire auquel s’adosser.

♥ OnlyOne : en cours de discussion avec une filiale de la Société Générale (Treezor) afin de s’y adosser, cette néobanque propose aussi une carte bancaire en PVC recyclé. En revanche, de ce que je comprends du site, seul un compte courant sera proposé. À cela s’ajoute un service d’analyse des dépenses des clients et d’estimation de leur impact carbone. Personnellement, l’adossement à la Société Générale me chagrine. Je privilégierais donc les deux autres options.

Dans les deux derniers cas, il n’est pas encore possible d’ouvrir un compte, mais vous pouvez d’ores et déjà vous préinscrire sur leurs sites internet respectifs.

2. Quelle banque ai-je choisi ?

Personnellement, j’ai ouvert au début de l’année un compte courant au Crédit Coopératif. C’était la solution qui était la plus adaptée à mes besoins (par ordre de priorité) :

Pouvoir ouvrir un compte courant et avoir une carte bancaire
Gagner en certitudes sur les placements effectués avec mon épargne
Avoir plusieurs options de produits d’épargne
Me diriger vers une banque française
Pouvoir éventuellement me tourner vers cet établissement pour un prêt
Avoir une agence proche de chez moi / Pouvoir échanger facilement avec un conseiller

Je m’apprête désormais à compléter ce compte courant avec plusieurs produits d’épargne. Je pourrai vous en reparler si cela vous intéresse. En tout cas, depuis 2 mois, mon retour d’expérience est très positif, les conseillers sont à l’écoute et extrêmement réactifs, l’application mobile est facile d’utilisation et il est très facile d’organiser des rendez-vous à distance, ce qui est loin d’être négligeable avec le couvre-feu actuel.

En complément de ce compte courant et de mes comptes épargne au Crédit Coopératif, je vais conserver un livret Développement Durable au Crédit Agricole (ma banque principale actuelle) afin de ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier. En revanche, je vais clôturer tous les comptes que je détiens à la BNP.

3. Concrètement, comment on change de banque ?

Attention, pour les allergiques de l’administratif (oserais-je dire les phobiques ?!), changer de banque est long, chronophage et riche en charge mentale, mais ça vaut le coup. Personnellement, je me suis fixée 1 an pour achever la transition. C’est beaucoup, mais ça m’évite de me mettre la pression et je me sens déjà très fière d’avoir pris le temps d’entamer ce changement. Voici donc un petit 101 du changement de banque (en tout cas de la façon dont je l’ai fait) :

Ouvrir un compte courant dans la banque éthique de son choix, que ce soit en ligne ou en physique

Rediriger les versements vers son nouveau compte : salaire, aides éventuelles…

Une fois qu’on est sûr que l’argent rentre, rediriger les débits (j’ai attendu 1 mois après avoir reçu mon salaire sur le nouveau compte avant de le faire pour éviter le découvert) : loyer, électricité, gaz, forfait de téléphone, abonnements aux transports en commun, mutuelle… N’hésitez pas à faire la liste au fur et à mesure quand vous checkez votre application bancaire comme ça après il n’y a plus qu’à aller sur son espace client et modifier le RIB. De mon côté, en 2h tout était bon.

Clôturer éventuellement les comptes épargnes que l’on détient dans d’autres établissements bancaires : certains produits d’épargne, comme le livret A, le livret jeune ou le PEL, ne peuvent être détenus qu’une fois par personne. Il faut donc les clôturer avant de les rouvrir dans la nouvelle banque. La clôture se fait par courrier écrit (par exemple sur ce modèle) que l’on peut transmettre sur la messagerie de son application mobile ou par la poste. Il faut ensuite compter 3 semaine pour que la Banque de France prenne en compte la clôture et être en capacité de les rouvrir.
Attention : pour le livret jeune, il se clôture automatiquement à ses 25 ans. Pour moi, cela arrive cet été donc j’attends ce moment pour clôturer définitivement le compte qui s’y rattache.

Virer l’argent issu de la clôture des comptes épargne vers le nouveau compte courant éthique

Prendre rendez-vous pour ouvrir des produits d’épargne

Placer l’argent sur les produits d’épargne

Guetter au fil des mois si des prélèvements ou versements continuent d’arriver sur les anciens comptes. Le cas échant, les rediriger vers le nouveau compte courant. Lorsqu’il n’y a plus d’activité sur les anciens comptes courants, les clôturer.

Vous comprenez donc pourquoi changer de banque prend du temps : il faut s’assurer qu’il n’y a plus d’activité sur les comptes pour les clôturer. Et aujourd’hui où tout est automatisé par prélèvements SEPA, on a beaucoup d’activités sur nos comptes courants, donc on peut en oublier. Il vaut donc mieux se laisser le temps.

Et si vous avez besoin de quelque chose pour vous motiver, vous pouvez évaluer et analyser l’empreinte carbone de votre épargne et simuler celle qu’elle pourra voir demain en basculant vers une banque éthique en utilisant l’application Rift. Cela a été un électrochoc pour moi : mon épargne générait 21 973 kg de CO2 par an, sot 17 vols Paris-New-York, sans parler du financement de secteurs très peu recommandables comme l’extraction minière. En basculant vers le Crédit Coopératif, tout en gardant un LDDS au Crédit Agricole, je passe à 11 569 kg de CO2 par an, soit 8,7 Paris-New-York. J’ai divisé par 2 mon empreinte carbone !

J’espère que ce deuxième article sur le changement de banque vous aura plu et donnera envie à certains d’entre vous de changer le pas pour mettre votre argent au vert !

Prenez soin de vous,
Joséphine

Sources :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s